Home » S.O.S. Bonheur 2 by Griffo
S.O.S. Bonheur 2 Griffo

S.O.S. Bonheur 2

Griffo

Published 1988
ISBN : 9782800115474
54 pages
Enter the sum

 About the Book 

La plupart des gens pensent que Jean VanHamme est un suppôt du capitalisme car il raconte les aventures dun héros, Largo Winch, play-boy riche à millions. En réalité, il faut plutôt voir VanHamme comme un continuateur du roman-feuilleton à laMoreLa plupart des gens pensent que Jean Van Hamme est un suppôt du capitalisme car il raconte les aventures dun héros, Largo Winch, play-boy riche à millions. En réalité, il faut plutôt voir Van Hamme comme un continuateur du roman-feuilleton à la Balzac, toujours soucieux de donner à comprendre le monde dans le cadre de digressions didactiques encyclopédiques. Voyez celles concernant la fabrication du papier ou le fonctionnement de la lettre de change dans Les Illusions perdues, par exemple. Largo Winch, dans le même sens, apparaît plutôt comme un rebelle B.C.B.G, une fusion réussie entre Lucien de Rubempré et Rastignac. Ceux qui connaissent bien lœuvre du scénariste de XIII et de Thorgal connaissent aussi Les Maîtres de lOrge, où la référence nest plus le démiurge de la Comédie Humaine, mais bien Zola et les Rougon-Macquart : lidée que le destin des grandes familles capitalistes se confond avec la marche des nations et que le prolétariat est comme un poulain descendu dans la mine, devenu un cheval de trait aveugle qui tire le chariot sans avoir revu la lumière du jour. Dans S.O.S. Bonheur, un album conçu en 1980 et dessiné par un Griffo débutant dans le dessin réaliste, Jean Van Hamme est moins militant que lauteur de Jaccuse ! mais il pose des questions qui sont au cœur de nos choix de société : Jusquoù doit aller la sécurité sociale ? Jusquà laisser lÉtat décider de tout ? Pourquoi et pour qui travaillons-nous réellement ? Cela nous regarde-t-il de le savoir ? Jusquà quel point lÉtat doit-il être renseigné sur nous ? Quel est le sens réel du mot liberté, est-ce une utopie, et combien de révolutions seront encore faites en son nom ? etc. Avec cette conclusion :Si vous voulez être vraiment libre, vivez seul sur une île déserte, sans famille, sans amis, sans État et, bien entendu, sans portable ni Internet.Il est évident, dans cette satire grinçante, que derrière le vulgarisateur de la pensée économique se cache aussi un véritable moraliste. --Didier Pasamonik